Le thème du trimestre
 

 

 

 


 

 

Souvenirs : Jaco Pastorius

 

                                                                                          

 

Le livre de Bill Mikowski « La vie extraordinaire et tragique de Jaco Pastorius » retrace l’existence du maître de la basse avec précision.

Né en 1951 à Norristown (USA), cet étrange personnage va déclencher une tornade dans l’exploitation de l’instrument au plus haut niveau. Jusque là banalisé à un rôle d’accompagnement quasi neutre et inutile, la basse va devenir, sous les doigts de Jaco, un instrument musical essentiel.

Pastorius est un génie d’intelligence musicale, avec un sens inné du rythme, un arrangeur hors pair. Considéré comme l’un des plus grands bassistes de tous les temps, technicien virtuose, il a eu une influence majeure sur le rôle de la basse électrique et son passage du rôle de simple accompagnateur à véritable soliste.

Il marque une époque unique de la basse par son jeu en Fretless, sa vitesse d’exécution, son phrasé, ses harmoniques riches, ses accords monstrueux et ses notes étouffées.

En 1976, il rejoint Weather Report, groupe de jazz rock dans lequel il restera jusqu'en 1982. Avec l'arrivée de Pastorius, et grâce au charisme de ce dernier, Weather Report connaît un succès planétaire.

Hélas, le succès le fouettant trop tôt, Jaco va plonger dans la drogue et l’alcool…

Souffrant de troubles bipolaires (psychose maniaco depressive) où s'alternent phases d'euphorie et phases de dépression, il commence à avoir des comportements de plus en plus étranges. Le cerveau atteint, il sombre dans la folie.

Entre les nombreux séjours en services psychiatriques, Pastorius alterne des concerts catastrophiques ou géniaux ; (le concert à La Havane avec John McLaughlin est resté l'un des pires souvenirs de ce dernier), des dates annulées, des altercations avec des musiciens et des dirigeants de maisons de disques...

Jonglant avec la mort, la folie et le calme apparent, Jaco est souvent méconnaissable : il se présente sur scène nu ou plein de boue, euphorique ou miné, les jeans sales et rafistolés avec du scotch. Il se jette de temps à autre du haut d’un balcon ou de la fenêtre d’un car ; arrogant, insultant et imprévisible, il s’attire peu à peu l’animosité des autres musiciens (Carlos Santana notamment).

Il ne parait heureux qu’avec l’harmoniciste Thielman.

En 1986, un an avant sa mort, il sort un dernier disque hallucinant, avec Brian Melvin et Jon Davis.

Jaco replonge dans la démence et devient sans domicile fixe, dormant à la belle étoile et passant la plupart de son temps à traîner avec des clochards sur un terrain de basket.

Il est interné durant 5 mois dans un hôpital psychiatrique où il reçoit d'énormes  doses de Lithium (trop probablement…).

En décembre, il retourne en Floride mais reprend une vie de semi-clochard.

Il est régulièrement arrêté par la police, et « interdit de séjour » dans de nombreux clubs de jazz. De même, il est fréquemment éjecté manu militari de concerts d'autres musiciens durant lesquels il essaie de monter sur scène sans y être invité.

En septembre 1987, il est battu à mort par le videur d’une boîte de nuit, dans sa ville, en Floride.

Depuis, bien des bassistes vont s’engouffrer dans l’énorme brèche ouverte par Pastorius :

Marcus Miller, Chambers, Bona, Wooten, Clarke…

Plus proche de nous, le talentueux guitariste Bireli Lagrène est étonnant à la basse lorsqu’il rend hommage à son ancien « compagnon » de tournée.

Pastorius laisse des morceaux ayant faits le tour du monde, tels : The Chicken, Birdland, Teen Town, Mr Gone, Night Passage, Continuum, Portrait of Tracy, Liberty City, River people, etc…

Jean-Pierre COMO, ex compagnon de route de Pastorius disait de lui:


« Jaco, c'est une étoile filante, un génie précoce et foudroyant consumé par sa propre intensité : derrière la force de son génie, la fragilité de l'homme, derrière la virtuosité de l'instrumentiste, la profondeur du musicien ».

 

 

 

La collection Enfants

 

(Pour lecteurs jusqu’à 14 ans)

 

 

 

 

 

 

                  

                     

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La collection : Junior Aventures

 

(Pour tous lecteurs à partir de 15 ans… et adultes ! )

 

Cap sur le Pérou ~ Cap sur la Guyane ~ Cap sur la Thaïlande

 

Cap sur l’Equateur ~ Cap sur le Brésil ~ Cap sur l’Indonésie

 

Cap sur la Bolivie ~ Cap sur les Philippines

 

Cap sur le Guatemala ~ Cap sur le Paraguay

 

Cap sur le Mexique

 

Série : Un aventurier en Amérique latine et en Asie

 

 

    

                       

                    Pérou               Guyane              Thaïlande

 

      

  

    

 

      Equateur           Brésil             Indonésie

 

 

    

 

         Bolivie          Philippines     Guatemala

 

 

 

                  Paraguay         Mexique

 

La découverte de ces pays hors des sentiers battus…

Aventures vécues

 

 

 

 

Dans la collection  Junior / Senior Aventures

 

"America latina !"

 

Regards et couleurs

 (Annie DECARPES)

(Tous lecteurs)

 

 

Découvrir ce morceau de planète, ouvrir, déployer les mots et les images.

Suivre le sillage des premiers conquérants qui ont façonné ce continent...

Le dessin, c'est la rencontre et le lien transformant ce formidable voyage

en émotions gravées et intraduisibles en paroles.

De la Havane ou Rio, en passant par Quito et La Paz, il y a toujours

un petit guide à la peau mate et au regard intense qui ouvre sa porte et

dévoile son pays.

Il attend avec la patience d'un félin que son monde devienne meilleur...

Il parle ce langage universel : celui du cœur !

 

Découvrez : Cuba ~ Mexique ~ Guatemala  ~ Colombie ~ Pérou ~ Equateur

  Bolivie ~ Paraguay ~ Brésil ~ Guyane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croustillantes histoires de voisinage…

 

 

Contact

 Sommaire